Bayer Agrar Suisse

Herbicides

La plus grande partie des plantes comprises dans le terme “mauvaises herbes” appartiennent aux plantes à fleurs dont les dicotylédones sont les représentantes les plus fréquentes. Les monocotylédones ou graminées sont proportionnellement moins nombreuses mais, selon l’espèce, elles peuvent avoir une importance économique importante.

La plus grande partie des plantes comprises dans le terme “mauvaises herbes” appartiennent aux plantes à fleurs dont les dicotylédones sont les représentantes les plus fréquentes. Les monocotylédones ou graminées sont proportionnellement moins nombreuses mais, selon l’espèce, elles peuvent avoir une importance économique importante. Un herbicide doit être absorbé par la mauvaise herbe avant d’agir, soit par la bouillie de pulvérisation (herbicide foliaire) soit par la solution du sol (herbicide racinaire). Les herbicides sont classés en deux catégories selon leur mode d’absorption, de transport et d’action dans la mauvaise herbe : les herbicides de contact et les herbicides systémiques.

Herbicides foliaires

Les herbicides de contact pénètrent uniquement ou avant tout par les feuilles. Ils agissent à proximité de l’endroit de pénétration. L’efficacité des herbicides de contact se limite aux mauvaises herbes ne disposant d’aucune réserve comme les mauvaises herbes annuelles. Les herbicides foliaires systémiques sont absorbés avant tout par les feuilles et sont ensuite répartis dans toute la plante. Les représentants les plus connus de cette catégorie sont les hormones. La plupart des herbicides anti-graminées et contre les liserons agissent par les feuilles.