Produits

Forward Farming

11 Dez 2018

Protection optimale contre le gel : pourquoi les pulvérisateurs phytosanitaires nécessitent un traitement spécial en hiver

Aucun doute : les pulvérisateurs phytosanitaires sont des articles saisonniers. Si la dernière application a déjà été réalisée à la fin de l’automne, il ne leur reste plus rien à faire. C’est encore plus important pour les agriculteurs : Ils doivent bien protéger leurs appareils du gel afin que ces derniers assurent une grande productivité au printemps suivant. L’hivernage des pulvérisateurs est le mot magique reflétant la raison et la réflexion durable. Si vous permettez à vos pulvérisateurs phytosanitaires de passer correctement la saison froide, vous préservez la valeur et la durée de vie de votre machinerie onéreuse. La Chambre d’agriculture de Rhénanie-du-Nord-Westphalie, le fournisseur de pulvérisateurs agricoles LEMKEN et Bayer CropScience soutiennent les agriculteurs dans de cette tâche importante. Nous avons donc compilé les principales questions et réponses relatives à ce sujet.

Quel est le bon moment pour entreposer les pulvérisateurs phytosanitaires ?

La règle est très simple : pour éviter qu’ils soient endommagés, les pulvérisateurs doivent être protégés du gel après le dernier traitement des champs et avant les premières températures négatives. Le moment précis est spécifique au site et dépend fortement de la rotation des cultures et des conditions structurelles. Si vous pouvez entreposer vos pulvérisateurs dans un bâtiment à l’abri du gel, vous n’avez bien entendu pas besoin de les protéger contre les températures négatives. Un nettoyage et un entretien méticuleux sont alors suffisants.

L’hivernage des pulvérisateurs commence par le nettoyage du dispositif phytosanitaire et ce, conformément aux codes de bonnes pratiques agricoles. C’est-à-dire que l’agriculteur nettoie et purge complètement le dispositif dans le champ ou sur le plateau de lavage de la ferme. Ceci est uniquement autorisé si l’eau de nettoyage contaminée est recueillie et est traitée à l’aide d’un biofiltre ou d’un système Phytobac. Cela permet de garantir que les eaux de surface restent exemptes de produits phytosanitaires.

Dans certaines régions, l’eau de lavage peut également être déversée dans une fosse à lisier. Veuillez contacter les autorités compétentes pour connaître ces régions.

Quels sont les produits offrant la meilleure protection pour les pulvérisateurs ?

Les produits antigel pour radiateurs de voiture sont les plus appropriés. Car : ils ne produisent pas de mousse, protègent contre les dépôts et la corrosion, préservent de manière fiable les pièces en plastique et en caoutchouc, et protègent les machines en cas de températures en dessous de zéro.

Conseils :

  • choisir des produits antigel de haute qualité et contrôler leur qualité à l’aide de la fiche technique. Respecter les instructions de la notice.
  • Investir dans des concentrés. En effet, de l’eau reste toujours dans les pulvérisateurs après le nettoyage et la purge. Elle diluera automatiquement le concentré. Par conséquent : la protection souhaitée est affaiblie avec des solutions prêtes à l’emploi déjà diluées. Autre avantage des concentrés : ils peuvent être réutilisés l’hiver suivant.

Attention : utilisez uniquement des produits antigel pour radiateurs. Si vous utilisez des mélanges d’urée et de nitrate d’ammonium en solution, de l’alcool, des saumures ou des produits antigel pour vitres, vous risquez de causer des dommages. Certains de ces produits sont hautement corrosifs. Ils attaquent les pièces en caoutchouc et fragilisent les joints et les membranes. D’autres sont inflammables ou produisent de la mousse.

Quelle quantité de produit antigel pour radiateurs est nécessaire ?

Cela dépend de deux conditions : du reliquat technique d’eau et des basses températures prévues. Pour l’Allemagne, un ajustage de la concentration pour -25°C devrait être suffisant. Selon notre expérience, pour un pulvérisateur porté, environ 20 litres de produit antigel sont suffisants ; pour un pulvérisateur automoteur, environ 60 litres d’antigel sont nécessaires. Cela permet un bon rinçage et un bon appoint pour toutes les conduites.

En règle générale : tenez compte des instructions de la notice du fabricant correspondant.

Où est réalisé l’appoint en produit ?

les produits antigel doivent être introduits directement dans le réservoir. La raison est simple : avec de petites quantités de liquides, l’arrivée via le bac de mélange (qui fonctionne selon le principe de pression négative) n’est pas toujours garantie.

Comment est rincé le système de pulvérisation ?

Il est important que toutes les pièces transportant l’embrun de pulvérisation entrent en contact avec le produit antigel. Différentes pompes au sein des appareils exigent toutefois une procédure différente :

  • les pompes à piston-membrane doivent être utilisées à un régime de 350 à 540 tours par minute.
  • Pour les pompes centrifuges, l’agriculteur doit tenir compte des indications du fabricant.
  • Les pompes hydrauliques offrent les meilleurs résultats aux régimes de fonctionnement normaux.

Si la pompe tourne, toutes les fonctions sont commutées l’une après l’autre et les zones correspondantes sont rincées pendant au moins une minute. Si différentes fonctions ne peuvent pas être activées, il y a trop peu de liquide au sein du système. L’appoint en produit antigel et en eau doit alors être effectué à la concentration souhaitée.

Sur quoi une attention toute particulière doit être portée lors du rinçage ?

Lors de cette tâche, les éléments suivants sont souvent oubliés, par exemple :

le bac de mélange avec nettoyage des bidons, la conduite circulaire et le pistolet de nettoyage

Le nettoyage interne avec les buses d’agitation et l’agitateur. Les nettoyages internes continus ont actuellement le vent en poupe. Ils fonctionnent par l’intermédiaire d’une pompe supplémentaire qui doit également être protégée des températures négatives. On ajoute donc du produit antigel dans le réservoir d’eau claire.

Conseils :

  • laisser la dérivation de surpression activée (par commande manuelle ou en augmentant brièvement la pression à 6 bar)
  • ·ouvrir et fermer manuellement la vanne de régulation
  • activer les bains de filtre sous pression
  • ·ouvrir brièvement le robinet de vidange résiduelle et le refermer
  • actionner des fonctions supplémentaires, le cas échéant
  • respecter les options spécifiques au fabricant

La concentration recherchée concorde ?

De l’antigel doit être appliqué sur le reliquat technique total pertinent lors des opérations de commutation. La concentration peut maintenant être mesurée. Si la concentration ne concorde pas, un appoint en produit antigel doit être effectué et l’ensemble du système doit de nouveau être rincé. 

Si elle est atteinte, les conduites de tringle sont ensuite rincées. Pour cela, l’agriculteur doit activer chaque tronçon individuellement jusqu’à ce que du produit antigel s’écoule au niveau de la buse.

 

Conseil :

inclure alors également les buses de bordure, le tambour-enrouleur du nettoyage externe, la brosse de lavage et les lances de pulvérisation.

La pulvérisation est toujours réalisée sur une surface biologiquement active.

Le rinçage des pulvérisateurs avec du produit antigel est une partie importante de l’hivernage des pulvérisateurs. Est-il également terminé après cela ?

Conseil :

c’est aussi le moment d’exécuter le plan de lubrification et d’entretien des pulvérisateurs. Il en va de même pour le contrôle des raccords électriques et du système d’éclairage. De plus, il est essentiel de drainer le frein pneumatique (le cas échéant) et de préserver les pneus en les soulevant avec un cric ou en augmentant leur pression.

La période de repos pour les pulvérisateurs signifie également une période de repos pour l’agriculteur ?

Seulement en partie. Dès que la machine est rangée dans son site d’hivernage, il doit réfléchir à des modifications techniques : Qu’est-ce qui m’a dérangé la saison passée ? Quelles idées ai-je ramené d’événements tels que l’Agritechnica ? M’est-il possible de les mettre en œuvre ? Dois-je me procurer un GPS avec gestion automatique des tronçons ? Quelles dimensions doivent avoir les tronçons ? Dois-je envisager une commande individuelle des buses ? Serait-ce plus pratique si le nettoyage interne ou les buses de bordure du tracteur pouvaient être désactivés ?

Seul l’agriculteur, et personne d’autre, peut répondre à ces questions. Pour toutes les autres questions relatives à l’hivernage des pulvérisateurs, la Chambre d’agriculture de Rhénanie-du-Nord-Westphalie, le fournisseur de pulvérisateurs agricoles LEMKEN et Bayer CropScience se tiennent à votre disposition et se feront un plaisir d’y répondre.