Produits

Arguments pour une offensive en automne

11 Sep 2017

Certains agriculteurs optent pour un désherbage en automne, d‘autres au printemps. Quelques-uns optent même pour un désherbage étalé sur deux saisons. Avec raison.

Au printemps, il n‘est pas toujours facile de lutter efficacement contre les graminées et dicotylédones. De nombreux agriculteurs le reconnaissent: lorsqu‘il serait temps de sortir traiter, les parcelles sont souvent trop mouillées et donc impraticables en tracteur. Il n‘y a dès lors qu‘une chose à faire: attendre.

Avantages en automne
Privilégier un désherbage d‘automne, c‘est s‘assurer la practicabilité du terrain et compter sur une lutte précoce contre les adventices.

Prévenir les résistances
Le désherbage d‘automne, entre septembre et octobre, offre également d‘autres avantages non négligeables: cette application s‘intègre beaucoup mieux dans la suite logique des travaux dans les champs. Il en résulte une plus grande flexibilité au printemps. De plus, et c‘est là peut-être le plus gros avantage, il est possible d‘engager d‘autres matières actives de familles chimiques différentes que les traditionnelles sulfonylurées.

La thématique des résistances gagne chaque année en importance et n‘est inconnue de personne. Les cas les plus significatifs sont ceux du vulpin des champs et de l‘agrostide jouet du vent, deux des graminées les plus répandues en cultures céréalières. Pour certains génotypes, des résistances ont été démontrées contre deux familles chimiques.
Le Flufenacet, une des deux matières actives contenues dans l‘herbicide pour céréales d‘automne Herold SC, est particulièrement intéressant pour les désherbages d‘automne dans l‘optique d‘une stratégie anti-résistance efficiente sur le long terme.
Une gestion optimale du risque résistance est une condition sine qua non pour préserver l‘efficacité des herbicides le plus longtemps possible. L‘application d‘herbicides racinaires en automne est donc un très bon pas dans cette direction. Car comme le dit l‘adage: „Mieux vaut prévenir que guérir!“